Home Société Reynald Petit-Frère persiste et signe que son confrère Romelson Vilsaint a été tué par balle

Reynald Petit-Frère persiste et signe que son confrère Romelson Vilsaint a été tué par balle

by Actualité News
2 mins read

La Direction Générale de la Police Nationale d’Haïti (DGPNH), dans une note de sympathie publiée ce lundi 31 octobre, informe que le journaliste Romelson Vilsaint, a succombé à l’hôpital Bernard Mews, suite aux blessures provoquées par une bonbonne de gaz lacrymogène. Le journaliste Reynald Petit-Frère, témoin de cet incident, rétorque que son confrère a été tué par balle, au commissariat de Delmas 33.

Intervenant sur Magik 9, à l’émission Panel Magik, ce lundi, le journaliste Reynald Petit-Frère, témoin des échauffourées au niveau du commissariat de Delmas 33 qui se sont soldées sur la mort de son confrère, Romelson Vilsaint, à la suite de la demande de libération de Robest Dimanche, journaliste de la Radio Télé Zénith (RTZ), arrêté dans l’exercice de sa profession, n’a pas mâché ses mots. Il persiste et signe que son confrère a été tué par balle sur la cour du commissariat. Une position contraire à la Direction Générale de la Police Nationale d’Haïti (DGPNH), qui, semble-t-il, vouloir appuyer la brutalité policière à l’encontre des journalistes.

« La Direction Générale de la Police Nationale d’Haïti apprend avec beaucoup de peine, dans l’après-midi du dimanche 30 octobre 2022, la triste nouvelle de la mort du journaliste Romelson Vilsaint survenue à l’hôpital Bernard Mews par suite de blessures provoquées par une bonbonne de gaz lacrymogène, lors de l’intervention des forces de l’ordre pour contrôler une foule hostile pénétrant dans le commissariat de Delmas, en dépit de la diligence des policiers pour le transporter d’urgence à l’hôpital », peut-on lire dans la note portant la signature du Directeur Général de la PNH, Frantz Elbé.

Reynald Petit-Frère témoin de l’incident, a balayé d’un revers de la main cette note qui présente ses sympathies à la famille Vilsaint ainsi qu’au membre de la presse particulièrement ceux de Jim Studio, Zenyèz TV et la Radio de Génération 80, arguant que son confrère est mort d’une balle à la tête dans la cour du commissariat mais non à l’hôpital Bernard Mews après avoir succombé aux blessures provoquées par une bonbonne de gaz lacrymogène. « On peut pas parler non plus de transport en urgence après plus de trois heure à regarder Romelson gisant dans son sang », a-t-il fait remarquer.

S’agissant de l’approche liant cet incident à une intervention des forces de l’ordre pour contrôler une foule hostile pénétrant dans le commissariat, le travailleur de la presse souligne qu’il n y avait pas de tension. « certains journalistes discutaient amiablement avec quelques agents sur la cour du commissariat _ban nou frè nou, ban nou frè, nou p ap ale la sa n pa jwenn li_avancent-ils pour sensibiliser les agents à libérer Robest Dimanche », témoigne M. Petit-Frère avant que des militants aient érigé des pneus enflammés en dehors du commissariat après avoir mis trop de temps à attendre.

La brutalité policière à l’encontre des journalistes ne date pas d’hier. Bon nombre de travailleurs de la presse sont victimes d’actes de violences, d’autres ont vu allongé la liste des personnes passées de la vie à trépas comme c’est le cas de Romelson Vilsaint, dimanche 30 octobre, au commissariat de Delmas 33.

You may also like

Leave a Comment

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

Actualité News

Voué aux grands reportages, à l’analyse et à la réflexion, Actualité News est un magazine d’affaires publiques en Haiti et l’une des grandes publication en Haïti.

Infolettre

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

Dernières Nouvelles

@2020 – All Right Reserved. Designed and Developed by INTNU

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter