Home Société Port-au-Prince : Célébration de la journée de l’ONU ou protestation populaire ?

Port-au-Prince : Célébration de la journée de l’ONU ou protestation populaire ?

by Djouly MOMBRUN
2 mins read

 La journée du 24 octobre marque la célébration de l’entrée en vigueur de la charte de l’Organisation des Nations Unies (ONU), signée le 26 juin 1945 à San Francisco. Cette célébration concerne toutes les agences onusiennes sans distinction aucune. En Haïti, cette journée a été marquée par une énième mobilisation de la population contre l’ingérence de l’international communautaire dans les affaires politiques du pays. Laquelle ingérence a trouvé un prétexte favorable dans la demande d’aide militaire formulée en conseil des ministres dans la soirée du jeudi 6 octobre.

La population haïtienne est descendue dans les rues de la capitale, Port-au-Prince, ce lundi 24 octobre 2022, jour qui marquant le 77e anniversaire de l’entrée en vigueur de la charte de l’ONU, pour dénoncer l’ingérence de l’international communautaire dans les affaires politiques du pays et demander le départ du gouvernement du Premier ministre Ariel Henry.

Il est 11 heures 30 du matin aux environs du Champs-de-Mars, à l’entrée de l’Ambassade de France, des centaines de manifestants sont rassemblés, pancartes en main, les revendications sont claires : « Pour une Haïti digne et souveraine, non à l’invasion d’Haïti » ou encore « Mme La Lime joue la même fonction que celle du gang G9 » de plus, « Etazini egal san ak mizè pèp, Ayiti egal tè libète ak tè Desalin ». Ces propos revendicatifs étaient, parmi tant d’autres,  les slogans que scandaient les manifestants et qui ont donné le ton à la mobilisation.

À l’instar de la cérémonie du Bois Caïman, s’est tenue une cérémonie avant le départ de ce mouvement revendicatif. Symbole multiséculaire dans les luttes populaires en Haïti, un vèvè représentant Bawon Samdi est dessiné sur le sol par deux vodouisants entourés par la foule.

L’itinéraire est tracé. C’est le coup d’envoi !

Du Champs-de-Mars en passant par Nazon et Delmas, les locaux du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) constituent le point d’arrivé.

Tout au long de la marche, les manifestants lancent des propos traduisant leur mépris et leur dégoût vis-à-vis du BINUH et du gouvernement haïtien qui, pour eux, cautionnent une énième occupation étasunienne. En effet, ils se montrent solidaires à la Fédération de Russie et la République Populaire de Chine qui, selon eux, sont les seules vraies amies d’Haïti. Certains dans la foule brandissent le drapeau russe devant l’enceinte de l’Ambassade du Canada qu’ils considèrent aussi comme un ennemi du pays, puisque ce dernier fait partie du CORE Group.

Aussitôt cette destination atteinte, sur la route conduisant à l’entrée du BINUH, plusieurs unités de la Police nationale rendent le passage inaccessible. De là, outre les injures proférées à l’encontre des policiers, qualifiés d’esclaves du système, les manifestants, dans un discours harmonieux, trouvent inappropriée la décision prise par le conseil de sécurité de l’ONU  sur la crise qui sévit actuellement dans le pays. Décision, selon eux, ne peut pallier la montée en puissance des bandes armées sur le territoire national.

Enfin, vers les 5 heures de l’après-midi, la manifestation est quasiment arrivée à son terme, les protestataires rebroussent chemin et s’évaporent dans les rues de la zone métropolitaine.

Une journée de plus. Une Manif de plus en Haïti.

You may also like

Leave a Comment

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.

Actualité News

Voué aux grands reportages, à l’analyse et à la réflexion, Actualité News est un magazine d’affaires publiques en Haiti et l’une des grandes publication en Haïti.

Infolettre

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

Dernières Nouvelles

@2020 – All Right Reserved. Designed and Developed by INTNU

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter